Coûts cachés, coûts visibles : les 2 ennemis de la PME

Pour augmenter sa rentabilité, le dirigeant de PME dispose d’un levier qu’il ne juge pas toujours à sa juste valeur : la réduction des coûts, visibles ou cachés. Une expertise qui montre tout l’intérêt de les évaluer pour inciter les dirigeants de PME à les réduire rapidement. Quelques conseils pour diminuer ces coûts.

Traquer les coûts cachés

Les coûts cachés sont des coûts qui n’apparaissent pas dans le système comptable. Ils sont très souvent fondus dans le coût des produits et des activités.

Même s’ils n’ont pas d’existence dans le système d’information de l’entreprise, ils peuvent mettre en difficultés sa performance et même son existence.

La plupart du temps, les coûts cachés proviennent d’un dysfonctionnement humain, lié à l’organisation, au management, ou tout simplement à la nature humaine : l’absentéisme, le turn-over, l’arrêt de travail, la diminution de la performance et de la qualité…

Ces dysfonctionnements sont rarement mesurés, par manque de temps ou de moyens. Or, les comparatifs réalisés par de nombreux acteurs montrent que les estimations des coûts cachés sont souvent beaucoup plus élevées que les évaluations établies par les dirigeants eux-mêmes. Prenons le cas de l’arrêt de travail qui montre bien la complexité de l’évaluation financière de ce coût à demi caché.

Mesurer le coût d’un arrêt de travail

Pour arriver à chiffrer combien coûte l’absentéisme d’un salarié par exemple, calculons d’abord le ratio suivant : nombre de jours d’absence/coût du salaire journalier. Un calcul élémentaire mais qui donne une mesure basse du coût puisqu’il exclut l’ensemble des coûts indirects tels que la perte de productivité ou le remplacement temporaire. Le cabinet Alma Consulting (www.ayming.fr qui publie annuellement le baromètre de l’absentéisme, révélait en 2015 que le coût direct de l’absence pour les entreprises en France est de 45 Milliards d’euros. Ce chiffre illustre à quel point l’absentéisme est un enjeu pour la collectivité et son impact important sur la pérennité des entreprises.

Les coûts directs associés à l’absence recouvrent :

• le maintien du salaire du salarié absent, dont une part reste à la charge de l’employeur (0,9% de la masse salariale)
• son remplacement éventuel par un salarié en CDD, en intérim ou en sous-traitance (3,8% de la masse salariale)
• la perte de valeur ajoutée entraînée par cette absence (1,81% de la masse salariale)
En cas d’absence d’un de ses salariés, l’entreprise a en effet le choix entre son remplacement et la constatation d’une perte de valeur ajoutée. De même, le maintien d’une partie du salaire représente une somme qui ne sera pas affectée à un autre usage.
– que le coût indirect de l’absence pour les entreprises en France : 15 MILLIARDS D’EUROS. Il convient de prendre aussi en compte les coûts indirects, qui ne sont pas directement associés à l’absentéisme mais sur lesquels ce dernier pèse de manière indirecte. C’est notamment le cas :
• du coût de la prévoyance, de l’assurance complémentaire permettant la prise en charge d’une partie du salaire des employés en congé maladie (0,6% de la masse salariale)
• du montant de la cotisation AT/MP, proportionnel au nombre d’accidents de travail et de maladies professionnelles déclarés par l’entreprise dans l’année (1,63% de la masse salariale)
• des coûts fixes liés à certaines actions de prévention contre l’absentéisme (0,6% de la masse salariale)
source : www.goodwill-management.com/fr/goodnews

Pour l’ISEOR* le déni des coûts cachés n’est plus possible.
En eux gît le tas d’or sur lequel chaque entreprise est assise sans en être forcément consciente.
Les coûts cachés représentent, et ceci, chaque année, tout secteur confondu, et quelle que soit votre organisation (entreprise, PME, multi administration publique, ONG, etc.) 25 à 50% du chiffre d’affaires.
*Centre de recherche en management socio-économique

COMBIEN CELA COÛTE-T-IL DE NE PAS INVESTIR DANS SA COMMUNICATION ET SES TALENTS ?

Il existe de multiples outils permettant de gérer sa communication et ses RH sans passer par un professionnel

Les petites et moyennes entreprises pensent ne pas avoir besoin de mettre en place une dynamique particulière pour les RH, ou de prendre soin de leurs collaborateurs de façon individualisée.

Elles prennent de temps à autres de prendre le temps de parler avec les collaborateurs pour faire le point.

Ou d’organiser un restaurant ou une activité extérieure.

Elles évoquent aussi le fait qu’il est aujourd’hui possible d’utiliser des outils pour gérer son site Internet, ses newsletters, ses plaquettes, sans passer par un professionnel.

À qui incombe la réalisation de ces actions de communication et la gestion de votre événementiel d’entreprise ?

Probablement à vos collaborateurs qui sont déjà affairés à de multiples tâches. Et qui pendant ce temps ne sont pas force de valeur ajoutée, pas dans leurs talents, et en zone d’inconfort.

Est-ce pour autant suffisant ? Est-ce une bonne stratégie à long terme ?

Certes, dans un premier temps, vous réalisez des économies. Par exemple, vous réalisez votre site Internet sur WordPress, vos newsletters sur MailChimp, vous faites appel de temps à autre à des connaissances qui vous donnent un coup de main. Est-ce suffisant ? L’image de votre entreprise n’en pâtit-t-elle pas ? Qu’en est-il du bien-être des collaborateurs ? Aucune entreprise, en 2019, ne peut faire l’impasse sur une communication professionnelle et sur une gestion pointilleuse de ses collaborateurs.

Êtes-vous conscient des coûts cachés que cela engendre ?
Votre site Internet et vos newsletters seront probablement réussies. Toutefois elles ne s’inscrivent pas dans une stratégie globale.
Peut-être faudra-t-il tout repenser d’ici quelques mois.
Vos collaborateurs sont peut-être satisfaits des quelques sorties d’entreprise que vous organisez.
Toutefois, connaissez-vous en profondeur chacun d’entre eux ?
Leurs talents respectifs ? Leurs frustrations ?
N’êtes-vous pas en train de passer à côté de votre capital humain,
de la première ressource clé de votre entreprise ?
Calculez à présent tout ce que vous avez économisé d’un côté, et tout ce que cela vous a coûté de l’autre en termes de manque-à-gagner, d’erreurs, de talents inexploités, etc.
Faites le point sur vos dépenses sur chacun de ces postes pour la dernière année d’exercice.
Quel montant cela représente-t-il ?

La communication et l’accompagnement des talents sont des métiers à part entière. FREEdogme n’est pas un centre de coût supplémentaire, c’est un centre de profit pour votre organisation. À moyen et long terme.

En savoir plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s